Cadre écologique national pour le Canada (9 de 23)

Modelé de surface locale

Ces données sont présentées comme un ensemble de composantes dans chaque polygone. Les attributs suivants sont utilisé.

Nom Description
CMP Numéro des composantes (arbitraire)
PERCENT Pourcentage de la composante dans le polygone
SURFACE Modelé de surface locale

Les descriptions permettent de déterminer des classes de modelés de la surface (assemblage de pentes) au niveau local ou de formes qui se répètent çà et là à la surface terrestre. Dans le cas de matériaux consolidés, le modelé correspond au produit de la modification de ces matériaux par les processus géologiques. Le tableau suivant présente les définitions des classes utilisées.

Sols minéraux

Code Classe Description
D DISSÉQUÉ Terrain disséqué (ou raviné) assurant un drainage vers l'extérieur d'une zone donnée.
H MOUTONNÉ
(ou irrégulier)
Suite très complexe de pentes dont les sommets varient de concavités légèrement arrondies (ou dépressions) de diverses tailles à des collines irrégulières (ou buttes) et à de courtes crêtes discontinues; il y a généralement manque de concordance entre les creux et les bosses; les pentes varient généralement de 4-70 %. Exemples : moraines et dépôts fluvio-glaciaires mamelonnés.
I INCLINÉ Surface unidirectionnelle à pente généralement constante, non brisée par des ravins ou des irrégularités marquées; terrain peu marqué, permettant le drainage vers l'extérieur de la zone; les pentes varient de 2-70 %; la forme des versants n'est pas liée à l'origine du matériau sous-jacent.
L PLAT Surface unidirectionnelle plane ou légèrement en pente à inclinaison généralement constante, non brisée par des élévations et des dépressions marquées; les pentes sont généralement < 2 %. Exemples : plaines inondables, plaines lacustres.
O VALLONNÉ Séquence très régulière de pentes moyennes qui s'étirent entre des dépressions arrondies et, par endroits, confinées et concaves, et de larges convexités arrondies, ce qui confère au paysage une allure de vagues de hauteur moyenne; les gradients de pentes sont généralement > 5 %, mais peuvent être inférieurs; ce modelé est généralement régi par le substratum rocheux sous-jacent.
R À CRÊTES Longue et étroite élévation de la surface à crête nettement pointue et versants abrupts; les crêtes peuvent être parallèles, quasi parallèles ou entrecroisées. Exemples : eskers, remblais de crevasse, moraines bosselées, certains drumlins.
S ESCARPÉ Pentes d'érosion > 70 % se trouvant sur des matériaux consolidés ou non consolidés. Exemple : escarpement.
T EN TERRASSES Paroi de l'escarpement et surface horizontale ou légèrement inclinée se trouvant au-dessus. Exemple : terrasse alluviale.
U ONDULÉ Séquence très régulière de pentes douces qui s'étirent entre des concavités arrondies et, par endroits, confinées, et de grandes convexités arrondies, ce qui produit un paysage peu accidenté, en vagues; la longueur des pentes est généralement < 0,8 km, et le gradient dominant des pentes est généralement de 2-5 %; aucune configuration de drainage externe. Exemples : certaines moraines de fond, matériau lacustre de diverses textures.

Terres humides

Une terre humide est définie comme une terre qui demeure saturée d'eau suffisamment longtemps pour favoriser le déroulement de processus associés aux milieux humides ou aquatiques caractérisés par des sols mal drainés et des hydrophytes. Les terres humides incluent les tourbières, qui sont caractérisées par l'accumulation d'une couche de tourbe de plus de 40 cm sur laquelle se forment les sols organiques. La tourbe est composée en grande partie de résidus organiques issus de la décomposition incomplète de constituantes animales et végétales en présence de conditions plus ou moins saturées d'eau.


Code Classe Description
B BOG Tourbière dont la nappe phréatique se situe généralement au niveau ou près de la surface. La surface de la tourbière, qui peut être surélevée par rapport aux terres humides avoisinantes ou au même niveau que celles-ci, ne subit pratiquement aucune influence des eaux souterraines riches en éléments nutritifs provenant des sols minéraux avoisinants et est donc généralement acide et pauvre en éléments nutritifs. Les sols sont principalement des fibrisols, des mésisols et des cryosols organiques. Il y a ou non des arbres. Les bogs comportent habituellement un tapis de sphaigne et une strate arbustive dominée par les éricacées.
F FEN Tourbière dont la nappe phréatique se situe généralement au niveau ou au-dessus de la surface. Généralement, les eaux sont minérotrophes et enrichies d'éléments nutritifs provenant de sols minéraux. Les sols sont principalement des mésisols, des humisols et des cryosols organiques. La végétation est dominée par les carex, les graminées, les roseaux et les mousses brunes. Un couvert arbustif de densité variable et, parfois, quelques arbres épars sont également présents.
M MARAIS Tourbière ou terre humide minérale périodiquement submergée par de l'eau stagnante ou s'écoulant lentement. Le niveau de l'eau de surface peut fluctuer selon les saisons, les baisses de niveaux exposant les zones de rabattement de la végétation en touffes ou vasières. Les eaux sont riches en éléments nutritifs. Le substrat se compose généralement de matériau minéral. Les sols sont principalement des gleysols, avec quelques humisols et mésisols. Les marais présentent de façon caractéristique des configurations zonales ou superficielles composées de cuvettes ou de chenaux intercalés à des touffes émergées de carex, de graminées, de joncs et de roseaux, bordant des prairies herbeuses et des bandes périphériques d'arbustes ou d'arbres.
S MARÉCAGE Tourbière ou terre humide minérale où l'eau est stagnante ou s'écoule très lentement dans des bassins et des canaux. La nappe phréatique se situe généralement au niveau ou près de la surface. Comme il se produit un important écoulement en provenance de la marge du marécage ou d'autres zones riches en minéraux, ses eaux contiennent beaucoup d'éléments nutritifs. S'il y a de la tourbe, il s'agit principalement de tourbe de forêt bien décomposée et, parfois, d'une couche sous-jacente de tourbe de fen. Les sols sont principalement des mésisols, des humisols et des gleysols. La végétation est composée d'une dense strate arborescente ou arbustive de feuillus ou de résineux, de graminées et de quelques mousses.

Sources :

PÉDO-PAYSAGES DU CANADA (PPC) V.2.2 (1996), Base nationale de données sur les sols (BNDS), Système d'information sur les sols du Canada, accessibles à l'adresse suivante : /siscan/nsdb/slc/v2.2/

Shields, J.A., C. Tarnocai, K.W.G. Valentine et K.B. MacDonald. 1991. Pédo-paysages du Canada. Guide de l'utilisateur. No de contribution 88-29. Centre de recherches sur le terres, Direction générale de la recherche, Agriculture Canada, Ottawa (Ont.) (Publication 1868/F). 82 pp. Ce manuel est remplacé par la version diffusée sur Internet à l'adresse suivante : /siscan/nsdb/slc/

Groupe national de travail sur les terres humides. 1986. Les terres humides du Canada. Dossier cartographique. Énergie, Mines et Ressources Canada et Environnement Canada, Ottawa.