Traitement de proportions non surfaciques

On peut caractériser les données de mesure par des proportions surfaciques, le rapport étant établi entre deux valeurs chiffrées dont l'une est une valeur de superficie, et par des proportions non surfaciques, le rapport dans ce cas étant établi entre deux valeurs chiffrées qui ne sont pas des valeurs de superficie.

Les proportions surfaciques, comme le nombre de vaches à l'hectare, peuvent être correctement interpolées puisque les calculs de la méthode d'interpolation avec conservation du volume tiennent compte de la superficie source, ce qui a pour effet d'ajuster la proportion comme si c'était une valeur chiffrée.

Par contre, les proportions non surfaciques, comme le nombre de vaches par ferme, ne peuvent être interpolées correctement sans données additionnelles, même en utilisant des techniques d'interpolation qui conservent les superficies. En l'absence de données additionnelles pour le dénominateur (c.-à-d. le nombre de fermes dans le rapport vaches/ferme), il est impossible de convertir correctement la valeur de mesure en valeur chiffrée avant l'interpolation.

Méthode

  • Si le numérateur et le dénominateur sont en outre tous deux conservés dans la base de données source comme des valeurs de rapport, on devrait les interpoler séparément comme des valeurs de rapport pour ensuite les convertir en valeurs de mesure pour les polygones cibles.
  • Si le dénominateur est en outre conservé comme valeur chiffrée dans la base de données, on peut l'utiliser pour calculer une valeur chiffrée pour le numérateur.
  • Si uniquement la proportion qu'on peut déduire de la mesure est disponible, il y a deux façons de procéder :
    1. traiter les valeurs chiffrées comme si elles étaient des proportions surfaciques et accepter une possibilité d'erreur plus grande, ou
    2. traiter les proportions qu'on peut déduire de la mesure comme si elles étaient des données nominales.
Source : tiré de Ballard et Schut, 1995